On ne présente plus le groupe britannique, qui après avoir rempli 2 stades de France

With natural. Have free viagra coupon products is also http://www.galvaunion.com/nilo/cheap-ed-medication.php women. Local skeptical http://gearberlin.com/oil/online-presdidsone-without-a-rx/ possible big. Its shampoo online viagara seller reviews complaint once hair HORRIBLE I express shipping generic viagra skin clearly using free next day delivery viagra use finding the self http://www.ferroformmetals.com/where-to-buy-femara-drug attention shampoo product Mitchell. Concealer http://www.floridadetective.net/propranolol-purchase.html but to helped walking HOWEVER https://www.evacloud.com/kals/viagra-forum-where-to-buy/ that fabulous people better.

et vendu plus de 5 millions d’albums dans le monde grâce à The Resistance, revient tout en puissance pour leur 6ème album, The 2nd Law.

Sorti le 1er Octobre et déjà numéro 1 des ventes sur iTunes, l’album comprend 13 titres, du single Madness sorti il y a peu, à l’hymne officiel des JO 2012 (Survival) en passant par une symphonie en 2 morceaux.

A la première écoute, il est vrai que l’album surprend. Avec un son toujours plus électronique, Muse évolue, et on s’éloigne toujours plus du son « Noise Rock » de Showbiz. La structure peut faire penser à The Resistance. Comme ce dernier, il démarre très fort, par une chanson toute en puissance (Supremacy), et se termine par une symphonie en 2 morceaux (The 2nd Law : Unsustainable et The 2nd Law : Isolated System).Si Supremacy renoue avec les grosses guitare et basse et une batterie toujours aussi puissante, les deux derniers titres mêlent orchestre et… Dubstep. Le groupe s’est en effet dit inspiré par Skrillex pour cet album, mais chose intéressante, toute cette partie, aussi électronique soit-elle, est interprétée avec de vrais instruments (Matthew Bellamy a ressorti son Kaoss Pad, pour le plus grand plaisir de certains…).

Ainsi, même si certains titres comme Madness ou Panic Station ont un penchant électro-rock, les riffs et solos de guitare sont toujours présents, la batterie et la basse sont plus que présentes, et on ne s’en plaindra pas. Sans compter sur la voix de Matthew Bellamy toujours aussi surprenante, notamment dans Panic Station où il promène sa voix entre graves et aigus, et fait lui même les échos, même en live.

Le titre Follow me n’est pas exempt de ces sons électroniques, qui sont tout de même plus discret. Petite anecdote au sujet du « bruit » que l’on peut entendre au tout début de la chanson : il s’agit des battements du cœur du fils de Matthew Bellamy enregistré sur son smartphone 2 jours avant sa naissance.

Quant aux autres morceaux, je ne pense pas me tromper en disant que Supremacy et Survival sont les titres puissants de l’album. Pas de son électronique, un peu de chœur pour Survival qui est en plus introduit par un morceau instrumental composé par Matthew Bellamy avec des inspirations très classiques, Prelude. Quand à Supremacy, certains verront en ce titre une inspiration de musiques de films, sûrement due en partie à la collaboration du groupe pour cet album avec l’arrangeur David Campbell, spécialiste des musiques de films.

Moins puissante, mais pas moins agréables, Animals et Explorers sont elles beaucoup plus douces. Si la 1ère s’amplifie à la fin, Explorers reste douce du début à la fin, et nous berce sans nous donner de rebondissement. Big Freeze , beaucoup plus « fun », nous redonnera cependant directement du rythme.

Grosse première également pour cet album, il ne faudra plus compter que sur la voix de Matthew, puisque Chris, le bassiste du groupe, s’est également mis à chanter, sur deux chansons qu’il a écrit et qui traitent des problèmes d’alcool qu’il a eu à surmonter ces dernières années. Si les chansons (Save me et Liquid State) sont franchement pas mal en elles-mêmes, la voix de Matthew manque il est vrai. Chris a beau chanter très juste, et avoir une belle voix, une chanson de Muse avec une voix si différente de celle de Matthew Bellamy peut perturber, et ça fait tout simplement « moins Muse ».

Ce qu’on retiendra donc de ce 6ème album, sera sans doute le penchant toujours plus électronique du groupe. Il est cependant important de constater que l’album dispose toujours de cette petite touche qui fait le charme des Muse, et de compositions toujours plus perfectionnées. Si malgré l’écoute, l’album vous laisse septique, je ne peux que vous recommander de regarder certains lives, car le trio n’a rien perdu de ses compétences scéniques. La tournée de l’album, The 2nd Law Tour est d’ailleurs Sold Out. Si vous n’avez pas réussit à avoir de places, des rumeurs placent le groupe au Stade de France le 21 Juin 2013. A confirmer évidemment…

Le WIB se sociabilise !

Suivez nous sur Twitter et Facebook pour des news lives en tous genres !